Week-end Bio Ile des Embiez Du 13 au 16 Juin 2014

Arrivée sur l‘Ile, nous sommes accueillis par les personnes du club de plongée qui vont nous prendre en charge tout le week-end, un accueil chaleureux. Puis transport jusqu’aux logements de tout notre ravitaillement, il faut dire que Agnès a prévu ce qu’il fallait pour les 3 jours ! Bien installés dans nos deux appartements nous passons aux choses sérieuses !

  • Samedi 14 Juin, après une bonne nuit rendez vous  à 9h au Club de Plongée, pour moi le stress mont,  je n’ai que 3 plongées en mer niveau 1 !
  • Samedi  14  Juin : Plongée  site Reinette
  • Dimanche 15 Juin : Plongée site La Piscine
  • Lundi 16 Juin : Plongées  site : les Magnons , site : Sec de Gréneau

D’accord Agnès je peux t’avouer maintenant que lors de la première plongée je n’ai pas vu grand-chose, trop occupée à gérer ma respiration, mon équilibre etc.….  Mais ta patience, ton écoute, ton professionnalisme ont su me donner confiance pour  me retrouver dans ce monde paisible, silencieux, seule, et observer  petit à petit ce que je n’avais pas découvert le premier jour.  Mais ce week-end, c’était aussi de belles rencontres, un moment de partage, prendre soin  les uns des autres.

Merci à Agnès (pour ses bons repas, et toute la gestion de l’intendance  et des plongées), à Bruno (notre 2ème encadrant novice en biologie mais pas en technique) , Corine, Claude, Janick, Marc, Jean-Luc, Christiane, Antoinette, Daniel, Claudia, Christophe, Didier,  J-Cyril, Yann et Dominique votre rédactrice !
Merci aussi  à  l’équipe  Du Club de plongée des Embiez pour leur  bienveillance, leur accueil  et  leurs conseils.

Sous la mer, la voûte azurée de l’eau assure une atmosphère permanente de rêve !
Là vous trouverez l’espace : la mer est vaste et l’on apprend avec délice à évoluer dans ses trois dimensions.
Là on oublie le temps en découvrant à chaque plongée une flore immense et diverse, en côtoyant une faune amicale et quelquefois affectueuse !
Là, au milieu d’une vie marine qui fourmille d’activité, on trouve le silence.

Merci

Dominique